Depuis leur réouverture, les coiffeurs exercent leur métier dans l’incertitude. Ils redoutent un troisième confinement avec l’arrivé de la variante Britannique.

« On a peur de devoir refermer, car financièrement, nous avons essuyé beaucoup de pertes » redoute Remy Fournier, gérant de Révolution coiffure sur-mesure.

Comparé à 2019, ils ont perdu 50 % de leurs chiffres d’affaire.

« Financièrement, c’est très difficile de remonter la pente et les aides n’arrivent pas comme annoncé » raconte dépitée Marie Ausina, gérante de Mamzell Wash.

Ces coiffeurs, ont tout deux mis en place de nouvelles mesures afin d’accueillir leur client.

« Nous avons investi dans les gels hydroalcoolique, les gants et tout le matériel nécessaire pour se protéger et protéger nos clients. Malheureusement, on a l’impression que ça ne suffit pas pour qu’on nous laisse travailler » s’agace Remy Fournier.

Ils sont passionnés par leur métier. Comme beaucoup d’autres commerçants, ces coiffeurs espèrent un retour à la normal.